Nos déchets

Einstein disait « le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui le regardent et ne font rien ». Nous consommons plus que la planète ne peut supporter. Nous devons très rapidement changer notre façon de consommer pour la sauvegarder. Et on peut commencer par diminuer nos déchets.

Je vais vous faire plusieurs articles par pièces du logement pour vous aider à vous lancer dans le zéro déchet mais avant tout, c’est important de savoir pourquoi c’est bien de le faire.

Il y a 2 sortes de déchets : l’emballage et le déchet caché (matière première lors de la fabrication, transport, stockage…). Le premier est visible et donc facilement remplaçable. Pour le deuxième, c’est plus difficile. Le mieux pour le limiter est de consommer local, de saison, d’occasion, renouvelable et d’éviter la surconsommation.

En France, chaque habitant produit 390 kg d’ordures ménagères et 590 kg de déchets mis en déchetterie, 22 kg d’e-déchets (ordinateurs, téléphone portable…) par an.

Parmi ces déchets, 29% finissent en incinérateur, 35% en décharge, 21% sont recyclés et 15% sont compostés.

Sans oublier nos déchets qui partent à l’étranger et qui polluent leurs pays (Chine, Afrique…).

Les incinérateurs génèrent des polluants organiques et métaux lourds dangereux pour l’homme et l’environnement. Par exemple, quand on brûle du plastique en plein air, une dioxine se forme, qui provoque à long terme une dégradation du système immunitaire, du système nerveux, du système endrocrinien, des troubles de la reproduction et la formation de cancers. 20 molécules seulement sur 2000 émises sont contrôlées… Ca fait peur. Pour les déchets comme les piles qui ne brûlent pas, l’effet est tout aussi désastreux puisque les métaux lourds qu’elles contiennent se diffusent dans la terre puis dans les réserves d’eau. Le mercure, par exemple, est considéré comme la substance non-radioactive la plus toxique pour le corps humain.

Les décharges enterrent les déchets qui polluent les sols et les nappes phréatiques, et dégagent du méthane, un gaz à effet de serre.

Pour le recyclage, il faut savoir que tout ce que l’on met à recycler ne sera pas réinjecté dans des cycles de fabrication : le papier et le carton sont recyclés à 66%, le verre à 55% et le plastique à 7% (et ne se recycle qu’une seule fois donc après il devient un déchet qu’on enterre). En plus, le recyclage demande beaucoup d’énergie charbon, pétrole, nucléaire. Ce n’est donc pas LA solution pour sauver la planète.

Sans parler des déchets qui ne finissent pas dans nos poubelles… Selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, 200 kg de déchets arrivent dans nos océans chaque seconde, ce qui entraine la mort de millions de mammifères marins et oiseaux (à cause des ingestions de ces déchets et de la pollution de l’eau à cause des substances chimiques contenues dans ces déchets).

C’est pour cela qu’il est important de limiter nos déchets.

 

Que contient notre poubelle ?

  • 32% de déchets organiques
  • 35% d’emballages (verres et cartons)
  • 11% de plastiques
  • 19% autres (piles, médicaments, textiles…)
  • 3% de métaux

 

90% de nos déchets peuvent être évités !!! Et oui, rien que ça. Mais ça ne se fait pas du jour au lendemain.

 

Les déchets organiques : 

Pour les enlever de nos poubelles, il faut les composter.

Si vous habitez à la campagne, vous pouvez fabriquer votre composteur avec du bois.

Pour ceux qui habitent en appartement, il y a deux possibilités : le composteur d’intérieur appelé lombricomposteur.  L’autre possibilité est le composteur collectif. Pour celui-ci, il faut s’adresser à la mairie de votre ville pour savoir où se trouve le plus proche de chez vous, ou pour demander à en installer un dans votre quartier.

pour plus d’infos :

http://compostage.info/index.php?option=com_content&view=article&id=2&Itemid=3

https://verslaterre.com

 

Les emballages : 

Le mieux est d’éviter tous les emballages qui peuvent l’être. Il existe des magasins où on peut acheter en vrac (la maison du vrac, biocoop…). Pour les fruits et légumes, en plus de les trouver dans les magasins de vente en vrac, il y a les marchés. Acheter en vrac est non seulement mieux pour la planète mais en plus coûte 15 à 40% moins cher. Si vous n’avez pas le choix, que le produit est obligatoirement emballé, préférez les contenants en verre qui sont recyclables à l’infini.

Attention au logo eco-emballages :

Il ne veut pas dire que l’emballage est recyclé ou recyclable, mais juste que l’entreprise qui a fabriqué l’emballage a payé sa cotisation auprès de la société Eco-emballages pour qu’il soit trié.

Le plastique : 

Alors lui, il faut tout faire pour l’éviter car très peu de plastiques sont recyclés (20%), il est un très grand polluant (il n’y a qu’à voir les déchets retrouvés dans nos océans…).

Autres : 

Les autres n’ont rien à faire dans votre poubelle. Il existe des endroits exprès pour mettre les piles, les ampoules cassées. Pour le textile, il existe des conteners de la croix rouge ou la fibre du tri par exemple. Sinon vous pouvez aussi les déposer à Emmaüs directement.

Les métaux : 

A déposer à la déchetterie, ils seront triés par genre et recyclés (ils sont recyclables à l’infini).

 

Je sais que cet article n’est surement pas le plus intéressant mais je trouvais ça important de savoir tout ça avant de lire les articles sur le zéro déchet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *